Menu

uniccer

Le Réseau parlementaire pour la protection des droits et le bien-être de l’enfant a tenu une journée de travail  le  10 janvier 2017 à la salle Tapis Vert du parlement, avec l’UNICEF afin de se pencher sur les activités à mener  durant l’année 2017.

 L’objectif de cette rencontre de travail est de définir conjointement avec l’UNICEF, les principales activités à planifier tout au long de l’année pour assurer une meilleure protection des droits et le bien–être des enfants.

Bref, il s’agit, d’un rendez-vous de donner et du recevoir qui permettra d’identifier et de recueillir auprès des élus les grandes orientations au  cours de cette séance de travail qui seront  ensuite intégrées au plan  de travail du programme de  coopération UNICEF TOGO pour une mise en œuvre, un suivi et une  évaluation efficaces et  concertés.

La présidente du Réseau, l’honorable AMEDJOGBE Akossiwa Olivia  a salué cette initiative qui vient conforter les efforts du Réseau dans la protection  et le bien être des enfants.

Le Réseau parlementaire pour la protection des droits et le bien-être de l’enfant a pour objectif de mener un plaidoyer actif avec le pouvoir exécutif afin que les politiques, les lois et les budgets tiennent compte du bien être des enfants tout en renforçant la place et le rôle de la société civile sur les questions de la survie et du développement de l’enfant. 

charte

L’Assemblée a clôturé la deuxième session ordinaire de l’année 2017 par la dixième séance plénière tenue le 30 décembre 2016  avec comme  ordre du jour l’examen et l’adoption du projet de loi portant ratification de la  Charte de Lomé.

 En effet, les députés ,à l’unanimité ,ont donné leur quitus au gouvernement à ratifier la Charte africaine sur la sécurité et la sûreté maritimes et le développement en Afrique, adoptée à Lomé le 15 octobre 2016.

La ratification de la Charte de Lomé par notre pays lui permettra de bénéficier des mécanismes mis en place pour lutter efficacement contre les actes illicites en mer et promouvoir l'économie bleue. Elle facilitera également la règlementation et la coordination des interventions de l'Etat en mer dans le cadre de la mise en œuvre d'une gouvernance maritime harmonieuse et efficace par les Etats parties.

La Charte  qui est composée d'un préambule et d'un dispositif de cinquante-six (56) articles regroupés en sept (07) chapitres promeut aussi le développement d'une économie bleue florissante,durable et respectueuse de l'environnement. A ce titre, elle prévoit la mise enœuvre d'une politique commune de pêche et d'aquaculture favorisant laconservation, la gestion et l'exploitation des stocks de poissons et édicte desmesures efficaces contre la pêche illicite.

 

gared

Le Ministère, de l’Industrie, de la Promotion du secteur privé et du Tourisme et l’ONG GARED avec l’appui financier du royaume des Pays Bas ont renforcé les capacités des députés sur les Accords de Partenariats Economiques et les politiques d’intégration régionale au cours d’un atelier tenu le 28 décembre 2016 au siège du parlement.

L’objectif de cet atelier est d’informer les parlementaires sur l’état d’avancement ou les blocages dans la mise en œuvre des Accords de Partenariat Economique et des politiques et initiatives sectorielles sur le commerce, intérieur et intra-régional et la libre circulation au niveau de la zone CEDEAO afin de recueillir d’eux leurs analyses, positions et propositions sur ces thématiques.

Par ailleurs, il s’agira déterminer ensemble avec les parlementaires après les communications  qui seront données les possibilités d’action, les rôles et les responsabilités du parlementaire dans le suivi de ces thématiques.

La deuxième vice-présidente de l’Assemblée nationale, MemounatouIBRAHIMA qui a ouvert ledit atelier a salué cette initiative qui leur permettra d’avoir des prérequis nécessaires pour jouer valablement leur rôle d’élu de la nation faces à ces questions.

loifn10

L’Assemblée nationale, au cours de la neuvième  séance plénière de la deuxième session ordinaire de l’année 2016 tenue le 27 décembre 2016, a examiné et adopté le projet de loi de finances, gestion 2017.

Le projet de loi de finances, gestion 2017, s’élève en recettes et en dépenses à Mille Deux Cent Vingt Sept Milliards Quatre Cent Vingt Trois Millions Trois Cent Douze Mille (1 227 423 312 000) francs CFA, soit 21% d'augmentation par rapport au budget de 2016, dégageant un besoin de financement additionnel nul.

 Selon l’exposé des motifs, le projet de loi de finances,gestion 2017 intervient dans un contexte où notre pays s’engage sur la voie de nouvelles réformes structurelles visant à renforcer l’assainissement des finances publiques.

Cette initiative d’engager la gestion des finances publiques sur la voie de nouvelles réformes répond à la nécessité de poursuivre la stabilisation du cadre macroéconomique par la maîtrise des principaux indicateurs économiques dans les limites des normes établies dans un contexte marqué par une morosité de l’environnement économique international.

Aussi, le projet de loi de finances ,gestion 2017 est-il axé sur l’atteinte des objectifs visés par le document de la « Stratégie de Croissance Accélérée et de Promotion de l’Emploi (SCAPE)» en prenant d’ores et déjà en compte les orientations du prochain Plan National de Développement (PND) qui interviendra en 2018. Il est également orienté vers la poursuite des efforts en vue de la consolidation de la croissance économique estimée à 5,0% en 2017. Conformément à la politique du Gouvernement, cette croissance sera encore plus inclusive et 46,8% des dépenses publiques seront orientées vers les secteurs sociaux notamment l’éducation, la santé, le développement socio-économique de base à travers la réalisation rapide des projets et infrastructures socio-économiques en milieu rural et semi-urbain, notamment les écoles, centres de santé, points d’eau potable et d’assainissement de base ainsi que les routes, pistes, aménagements hydro-agricoles, infrastructures de stockage et de transformation des produits agricoles, l’électrification rurale et plus généralement l’accès à toutes les sources d’énergie. 

 

social

Le Ministère de l’Action Sociale, de la Promotion de la Femme et de l’Alphabétisation  avec l’appui financier de l’UNFPA  a organisé le 22 décembre 2016 à Radisson Blu hotel 2 Février, une journée de plaidoyer sur la violence basée sur le genre  et les droits de l’enfant à l’intention des parlementaires.

L’objectif de cette journée est  d’informer et de partager avec les députés les défis relatifs à la problématique  sur la violence basée sur le genre  et  le code de l’enfant, afin d’accompagner plus efficacement la prise de nouvelles décisions et initiatives en faveur de la protection de la femme et de l’enfant. Ainsi, le résultat final, à la sortie de la présente  journée à la suite des deux communications sur  la violence basée sur le genre  et les droits de l’enfant est de voir l’adoption de lois  spécifiques sur ces thématiques.

Le représentant du Président de l’Assemblée nationale, le quatrième vice président, l’honorable Dametoti BARITSE a salué cette initiative qui revêt d’un intérêt capital pour les élus du peuple. Car, cela leur permet d’avoir assez d’informations et fiables sur les thématiques et savoir quel levier bouger conformément aux prérogatives du député, pour résoudre tant soit peu les difficultés auxquelles font faces et les femmes et les enfants  sur le territoire national.

Page 1 sur 19

Menu Principal

Menu

Les Présidents

Agendas

Février 2017
L Ma Me J V S D
30 31 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 1 2 3 4 5

Données Statistiques

Ultimate Browsers Support

Archives

Les Archives de l'Assemblée

Galerie Photos

Previous ◁ | ▷ Next
Go to top