Les Groupes d’amitié France-Togo et Togo-France échangent sur la coopération et les bonnes pratiques parlementaires à Lomé

Coopération parlementaire

Partager sur :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram

Les parlementaires du groupe d’amitié France-Togo, en séjour au Togo, ont échangé avec leurs homologues du Togo sur le renforcement des bonnes pratiques parlementaires. Au cours des travaux, les deux parties ont évalué la situation sécuritaire au Togo et dans la sous-région. Elles ont aussi discuté des questions relatives à la santé mère-enfant et la prise en charge des enfants ne disposant pas d’actes de naissance.

C’était un agenda chargé pour les députés membres du groupe d’Amitié France-Togo. Après l’audience avec la présidente de l’Assemblée nationale, la délégation a eu une séance de travail avec le groupe d’amitié Togo-France sur les bonnes expériences et pratiques parlementaires et la nécessité de dynamiser leurs relations.

La séance de travail s’est poursuivie plus tard avec les députés membres de la commission défense et sécurité. A cet effet, les deux parties ont fait un tour d’horizon de la situation sécuritaire au Togo et dans la sous-région. Les députés togolais et leurs homologues français ont également évoqué les lois de programmation militaire, les attentes des populations par rapport aux forces armées des deux pays et le travail commun qu’ils doivent mener sur le terrain.

Les discussions avec la Commission santé de la population et de l’action sociale ont porté sur la jeunesse, la santé de la mère et de l’enfant. Au cours de cette séance, les députés membres de la Commission ont relevé les actions que le gouvernement mène pour le bien-être de la femme et de l’enfant. Il s’agit entre autres, du programme « Wezou » pour l’accompagnement de la femme enceinte et du nouveau-né, la CARMAA pour la réduction de la mortalité de la mère en couche, la subvention de la césarienne, etc. L’autre point des échanges a porté sur la prise en charge des enfants sans acte de naissance. Dans ce cadre, il a été indiqué que de nombreuses actions sont menées pour permettre à plus d’enfants togolais de disposer des actes de naissance, soit à la naissance, soit par jugement supplétif.

 A l’issue de la séance de travail, la présidente de la délégation, Mme Aude Bono-Vandorme, a exprimé sa satisfaction par rapport à ces rencontres qui balisent la voie pour la consolidation des relations d’amitié et de coopération entre les deux parlements.

  Les travaux que nous venons de terminer nous ont permis d’échanger sur les thématiques de la défense, de la sécurité, de la santé et de la jeunesse. Nous avons aussi parlé de la parité dans les Assemblées nationales togolaise et française, du fonctionnement comparé des deux parlements pour ressortir les différences, les points positifs et les atouts. Nous avons eu des échanges très riches, fructueux et prometteurs.

Aude Bono-Vandorme, présidente du groupe d’amitié France-Togo

Dans la même catégorie :